Accueil > Actualités > [actualités des professeurs] > Conférences de Stephen Wright

Conférences de Stephen Wright

« Mom Am I A Barbarian ? »
Dans le cadre de l’ouverture de la Biennale d’Istanbul
Dimanche 15 septembre
Akbank Art Beyoğlu
İstiklal Cad. 8 Beyoğlu-İstanbul

Par-delà l’horizon des événements : nouvelles politiques d’usages des biennales
Omniprésentes à l’échelle internationale, les biennales d’art contemporain sont devenues des emblèmes de l’économie attentionnelle globale et de la culture événementielle ; leur usage comme catalyseurs de la transformation urbaine explique leur succès planétaire. Or, au lieu de déplorer la désactivation de leur fonction esthétique à l’instar de certains observateurs, ne pourrait-on la considérer comme révélatrice d’autres usages, moins visibles, des biennales ? Qui constituent les usagers quotidiens des biennales et quels usages en font-ils à l’ombre de leur horizon des événements ? Peut-on parler de nouvelles politiques d’usages des biennales ?

Participation au « Summit of Practical Utopias »

Du 26 au 29 septembre
Île de Brioni, Croatie

« Practical Utopia » affirme la nécessité de l’utopie comme concept reliant le fantastique au pragmatique dans tout processus de transformation sociale, politique et artistique. Le Sommet d’utopies pratiques réunit 35 participants, représentant un large échantillon de pratiques utopiques contemporaines, dans l’ancienne résidence d’été de Tito, sur l’île de Brioni en Croatie, pour un congrès ludique où les règles d’un jeu définissent les interactions entre les participants.

Rencontres Play>Urban

Le 18 et 19 octobre
Théâtre du Maillon
Parc des Expositions
7 Place Adrien Zeller, 67000 Strasbourg

Repenser les conditions de possibilité et d’usage de l’art
Lorsque les urbanités contemporaines sont abordées sous l’angle du vécu et des pratiques de leurs habitants et leurs usagers,et mis en dialogue avec des pratiques d’artistes entre théâtralité et art contemporain, l’architecture conceptuelle existante de nos institutions suffit-elle pour pouvoir les penser ? Ces pratiques s’adressent-elles au « spectateur » ou impliquent-elles plutôt d’autres modes de relationnalité, d’autres usagers ?