Accueil > Actualités > [conférence] > Bernard Brunon, le mardi 12 novembre à 18h, Angoulême

Bernard Brunon, le mardi 12 novembre à 18h, Angoulême

That’s Painting


Mardi 12 novembre à 18h
Salle aux colonnes
134, rue de Bordeaux, Angoulême

La conférence propose une série de diapositives retraçant le parcours de Bernard Brunon, à partir de travaux de peinture influencés par les problématiques développées par les groupes « BMPT » et « Supports/Surfaces », pour en arriver à la peinture en bâtiment et aborder ainsi les questions d’esthétique et d’éthique soulevées par une telle pratique.

Bernard Brunon est né en 1948 à Saint-Etienne, France. Vit et travaille à Los Angeles, U.S.A.

« La pratique de Bernard Brunon – que l’artiste lui-même décrit plutôt jovialement comme du « support-surface ouvrier », clin d’oeil à la tradition avant-gardiste dont sa pratique picturale se nourrit - se déploie sous forme d’une entreprise de peinture en bâtiment, enregistrée sous le nom de « That’s Painting », qu’avait fondée l’artiste à Houston dans les années 80, avant de relocaliser en 2008 (après 30 ans d’activité et d’innombrables chantiers dans la métropole texane) à Los Angeles, où il vit et travaille actuellement. Si l’entreprise s’est montrée économiquement viable – employant aujourd’hui plusieurs ouvriers spécialisés – sa prospérité doit bien peu à l’économie du monde de l’art. Car bien que Brunon considère – non sans une certaine audace mais en toute simplicité – son activité de peinture comme artistique à part entière, il n’y a strictement rien d’arty ni même d’artistique au sens visuel du terme dans les travaux de peinture réalisés par l’entreprise. En effet, le credo de la boîte est fonctionnel, sérieux et reflète l’affairement d’une entreprise soucieuse de sa part du marché : « travaux bien faits, échéances respectées, prix compétitifs ». L’entreprise recouvre de peinture des surfaces préparées, ce qui relève d’une définition minimale de l’activité picturale. Toutefois, la majeure partie de la clientèle ne se doute pas, et n’a aucun motif de se préoccuper du fait que Bernard Brunon considère son entreprise comme une œuvre collective et conceptuelle, dont la devise est la suivante : « With less to look at, there’s more to think about », « moins il y a à voir, plus il y a à penser ». Brunon nous invite en somme à penser la peinture en dehors de tout critère de visualité. »

Stephen Wright