Accueil > Actualités > [conférence] > Vincent Romagny

Vincent Romagny

"Comprendre l’émergence et le succès de la question de l’anthropocène dans le champ de l’art contemporain"

Question scientifique, géologique, l’anthropocène a fait une entrée fracassante dans le champ de l’art contemporain. De scientifique, la question est devenue philosophique : la remise en cause de la partition nature/culture qu’elle entraine a rencontré les recherches de Bruno Latour puis le courant fleurissant du réalisme spéculatif. On peut affirmer sans trop se tromper que ce tout forme un nouveau petit livre rouge que tout curateur débutant se doit de maîtriser. Car le sujet fait florès dans le champ de l’art : biennales, expositions, colloques et articles fleurissent sur cette question, comme un opposé inverse du sombre récit qui la porte : les effets irrémédiablement délétères de l’activité humaine sur la planète.
On répondra à la question de savoir pourquoi la question de l’anthropocène rencontre celle de l’art par un détour : cette série de trois conférences vise à parcourir une possible généalogie de la rencontre de débats philosophiques avec le champ de l’art : comment, depuis les années 60, des questions philosophiques rencontrent-elles celle des formes plastiques ? Pourquoi et comment l’art contemporain est-il à ce point féru de théorie ? Comment s’est passée cette rencontre ? Qui, de l’artiste ou du théoricien, est allé chercher l’autre ?

Mardi 14 avril à 18h
EESI - Angoulême

134, rue de Bordeaux, Angoulême

La dernière conférence de ce cycle sera l’occasion de regarder plus précisément comment la question de l’anthropocène, de géologique, est devenue philosophique puis artistique. Quelles interrogations critiques et formes artistiques a-t-elle motivées ? Par quelles instances de légitimation (textes, expositions, biennales) ont validé sa présence dans le champ de l’art ou, une fois qu’elle est bien présente, la dénoncent ?
Il s’agira enfin de répondre à cette hésitation : dans cette histoire (comme dans d’autres), l’art se fait-il vraiment phagocyter par la théorie (et la philosophie en est la plus grande pourvoyeuse) ? Car il se pourrait bien qu’il en soit particulièrement friand…