Accueil > Actualités > [conférence] > Conférence Sylvain Bourget

Conférence Sylvain Bourget

Jeudi 26 novembre 2015 - 18h30
Auditorium, EESI - Poitiers

"Homemade performance"

Depuis quelques années, à travers sculptures, dessins et animations vidéos, l’artiste convoque selon des principes analogues un champ de références qui est celui des records, à travers des procédures plastiques qui impliquent le plus souvent la simplification graphique, l’abstraction ou la miniaturisation, autant de moyens qui permettent de tenir à distance des faits et des gestes pouvant susciter en premier lieu une sotte fascination. De la sottise, il y en a dans les œuvres de Sylvain Bourget. C’est elle qui leur confère un humour constituant souvent la première porte d’entrée dans son travail, que l’on ne saurait toutefois réduire à cette seule dimension. Si sottise il y a ici, c’est d’ailleurs au titre d’une "sottise positive", que Clément Rosset distingue de la « sottise négative » en ce qu’elle n’est pas pas une attitude passive (ne pas comprendre, rester bête) mais une posture hautement active, une manière d’être au monde en se consacrant corps et âmes à quelques occupations absurdes qui deviennent pure activité.

Qui plus est, si les pratiques convoquées par Sylvain Bourget relèvent d’un environnement subculturel qui peut sembler sot ou futile, elles évoquent également pour le spectateur quelque peu instruit en matière d’histoire de l’art des gestes qui ne sont pas très éloignés de certaines performances artistiques des dernières décennies. Des gestes à la fonction sociale pas clairement identifiée, oscillant souvent entre l’héroïsme et l’absurdité, le spectaculaire et la banalité, de sorte à ce que les recordmen, sportifs de l’étrange et auteurs d’exploits excentriques qui habitent ce travail ne sont pas sans évoquer la figure de l’artiste contemporain.

On comprend alors que le Guinness des records ou les sites web qui sont parmi les principaux modes d’investigation de Sylvain Bourget, n’offrent pas simplement à ce dernier une liste inépuisable de faits insolites, mais également un répertoire de gestes et de formes dont c’est aussi la valeur performantielle, ou même davantage sculpturale, qu’il s’agit d’observer. (...)

Jérôme Dupeyrat,
texte publié dans la revue Superstition

Plus d’infos