Accueil > Actualités > [actualités des professeurs] > FRONTONS variations sur les murs de pelote basque - Frédéric Lefever

FRONTONS variations sur les murs de pelote basque - Frédéric Lefever

Publication Mai 2016
Souscription avant le 31 mars 2016

À travers son objectif, Frédéric Lefever a capté le symbole emblématique d’un territoire et d’une culture : le fronton basque, témoin d’un patrimoine vernaculaire et d’une tradition locale forte. À la fois terrain de jeu et lieu de vie, espace de compétition autant que de socialisation, le fronton incarne une culture, un patrimoine et un état d’esprit,autour du jeu de pelote basque.

Sans négliger ses lointaines filiations avec les jeux de longue paume pratiqués en plein air ou de courte paume nécessitant des édifices caractéristiques, la pelote basque a su très tôt se singulariser et innover. L’utilisation de murs, des « frontons » plus ou moins ouvragés et de taille variable, en est une illustration majeure. Ceux-ci sont indispensables pour pratiquer diverses spécialités de jeu, à main nue ou instrumentée, individuellement ou par équipe.

À l’échelle de la localité, ces murs élevés, colorés et souvent décorés, sont autant de marqueurs culturels et identitaires du lieu, voire du club et de la mémoire collective. Toujours utilisés ou désaffectés, leur intérêt patrimonial est incontestable.
La matière essentielle du travail artistique de Frédéric Lefever est consacré à ces « murs ». Il convient d’en distinguer plusieurs types. Commençons par la France du Sud-Ouest où sont aménagées des places libres dotées d’un mur aux dimensions modestes. Si leur nombre décroît au fur et à mesure qu’on s’éloigne du Pays basque, quelques petits frontons abrités par des institutions éducatives leur ressemblent : écoles, pensionnats, séminaires, patronages.

PDF - 177.8 ko
Offre de souscription
PDF - 1023.4 ko
Présentation