Accueil > Archives > 2008 > [atelier] Dispositifs Interactifs - Emmanuelle Baud - Jean-François (...)

[atelier] Dispositifs Interactifs - Emmanuelle Baud - Jean-François Joyeux

Cet atelier est ouvert aux étudiants de 3ème, 4ème et 5ème année interessés par la conception et la mise en oeuvre d’installations et performances multimédia interactives.
IL est obligatoire pour les étudiants inscrits à l’arc "le corps à l’oeuvre dans les dispositifs interactifs"

Atelier "dispositifs interactifs"
2007-2008

Emmanuelle Baud et Jean-François Joyeux

Les mardi des S1 et S3 de 9H à 12H
Ouvert aux 3eme, 4eme et 5eme année

Cet atelier se déroulera sur l’année et proposera dans un créneau régulier une pratique d’expérimentation de dispositifs interactifs. (cours et workshops)
Nous aimerions cette année rebondir sur une proposition de l’ECM de Mendés France et travailler sur un projet pouvant intégrer au 1er semestre le projet « Handicap et création ».

Le second semestre sera consacré aux projets personnels qui le cas échéant seront dans la continuité de l’axe « handicap et création ».

Axe de travail : La déficience comme point de départ à l’écriture d’un processus interactif.

Notre approche se situera dans une réflexion et une mise en oeuvre de projets artistiques intégrant des environnements et des dispositifs interactifs audiovisuels, non pas ciblés vers ou pour un public handicapé, mais partant d’une déficience comme contrainte de création ; Comme toute contrainte, il s’agira de la mesurer, de la comprendre voire de la contourner, de la tordre pour activer l’imaginaire,
Pour ce faire nous nous appuierons sur des rencontres avec des thérapeutes, éducateurs, et des personnes handicapées pour mieux saisir comment la déficience modifie notre perception de l’espace, de l’environnement, du monde.
Cette perception singulière nous l’envisagerons comme un terreau fertile à la création,

Pistes de réflexion et de travail extraits du texte de présentation(Louis et Virginie Bec mars 2006) du colloque MOBILE/IMMOBILISE, (octobre 2007, Montréal)
art-handicap-technologies-Sciences cognitives
à lire : http://132.208.118.245/~mimmobilise/)

« Ainsi va le handicap humain.
Il se mobilise pour surpasser la contrainte et le morne de l’immobile.
Il traque sa mobilité physique, cognitive et imaginaire dans une fuite, un exode, par suppléance et substitut interposé. Il encombre son univers du déficit, par une ruse technique, en restant désespérément hanté par la conquête virtuelle des états visionnaires du normal.

Si la dimension scientifique est centrée sur l’amélioration des conditions de vie, par la restauration ou l’instauration d’aspects cognitifs et moteurs, la dimension artistique se concentre sur l’exploration d’univers pluriels interactifs, proposant de nouvelles situations cognitives, alternatives, émotionnelles et imaginaires.

[...] Il faut opérer un renversement axiologique profond. Il faut recentrer sur l’homme pour l’enraciner, le fait technologique comme une expression du tréfonds phylogénétique du vivant. [...]

Il est devenu urgent pour nos sociétés actuelles, d’accepter, d’assister et de prolonger les potentialités exubérantes d’une biodiversité généreuse, en sécrétant le désir profond du différent, de l’étranger, de l’anormal, de l’aberration, comme lieu propice à la multiplicité des modalités d’exploration, de communication, d’imagination et de cohérence symbolique communément partagée.

Recentrement
De part l’impact des technologies sur nos sociétés, il nous faut dès maintenant admettre et intégrer culturellement et socialement, l’effectivité incontournable ’d’un être humain augmentatif et amputatif », appareillé à tous les niveaux temporels de son existence[...]
Il en découle d’importantes conséquences sur les questions du « normal et de l’anormal.
Ainsi l’intégration du déficient au normal passe obligatoirement par l’intégration du normal au déficient. »

Cet atelier situera son activité dans ce que Louis Bec nomme comme les activités contributives c’est à dire des travaux artistiques technologiques qui ouvrent par leurs orientations et les expériences menées, d’éventuelles opportunités conceptuelles et d’applications pratiques au monde de la déficience et de la contrainte (capture de mouvement, interactivité, son ,etc…) c’est à dire par exemple :
-travailler à l’élaboration de modèles de représentations mentales au sein d’installations interactives en temps réel et explorer des aptitudes comportementales par immersion dans des univers comme les réalités virtuelles, les réalités mixtes ou la téléprésence,
-Expérimenter des dispositifs où sont en question les possibilités alternatives du corps soumis à des contraintes technologiques ou physiques (substitution d’un des sens : vue, ouie,)
-etc.

La dimension collaborative avec des thérapeutes, des spécialistes des personnes handicapées et des personnes handicapées elle-mêmes bien sur dans la phase de conception, une étape importante pour la validation de certains processus.

L’atelier pourra, lors de ces rencontres, se dérouler dans la salle Galilée de l’Espace PMF, équipé pour recevoir des personnes handicapées.

Cet atelier sera ouvert aux étudiants de 3ème année et au second cycle.
Les étudiants participants devront faire preuve d’ouverture et de qualités relationnelles évidentes.

Cet atelier sera mené en partenariat avec l’espace Pierre Mendés France.

Workshops/ conférences associées :
- Colloque « mobile immobilisé », Oct/Nov Montréal ;
- Max/JITTER (deux sessions en novembre)
- Béatrice De Fayes (projet « Digital Palimpseste », coproduction EPMF, 2006-2007 en résidence de création à Rur’Art à l’Automne 2007)
http://www.maison-des-sciences.org/ecm/programmation/b2faysOct2006/