Accueil > Archives > 2010 > [workshop & session] Praticable - image partagée

[workshop & session] Praticable - image partagée


DANS LE CADRE DU WORKSHOP PRATICABLE
IMAGE PARTAGÉE

Samuel Bianchini - Oussama Mubarak

pOlymic Games, œuvre multiutilisateurs de Samuel Bianchini, a été redéveloppée par Oussama Mubarak pour l’exposition MAINTENANCE à l’ÉESI (du 5 mai au 4 juin 2010).

À cette occasion, au 1er jour de montage de l’exposition, le 19 avril, un court workshop est proposé dans la salle d'exposition de l'ÉESI.


Programme de la journée


- 11h-12h - Samuel Bianchini, artiste et enseignant-chercheur à l’Université de Valenciennes et à l’EnsadLab (Paris)
Une présentation de la problématique des œuvres multiutilisateurs en réseau et de pOlymic Games
- 14h-16h - Oussama Mubarak, développeur et réalisateur multimédia (formé aux USA)
Une présentation du système redéveloppé pour pOlymic Games suivit par un atelier de prise en main de ce système… qui sera ensuite laissé à disposition de l’EESI.
- 16h-18h - Début du déploiement du dispositif pour 9 écrans dans le cadre de l’exposition MAINTENANCE

Pour ceux qui le souhaitent : possibilité de suivre le déploiement final de l’installation durant la semaine du 19 avril.


Présentation du workshop : problématique

En couplant geste et regard, les images interactives impliquent de nouvelles formes de relation à la représentation. Notre rapport à ces images s'établit en situation, selon une interactivité "située", le plus souvent très individualisée. Ces situations individuelles se voient pourtant de plus en plus interconnectées, articulées les unes aux autres pour créer une interactivité collective dite "distribuée". En réseau, les images interactives peuvent ainsi donner lieu à des pratiques collectives, dans le même temps et par des "utilisateurs" dispersés à travers la planète.

L'image est alors partagée en temps réel. Chacun doit pouvoir se retrouver à l'image et agir sur l'image - voire dans l'image - et percevoir de la même manière les actions des autres utilisateurs. Nous ne faisons plus seulement face à un programme, mais sommes en prise avec un dispositif assimilable à un terrain de jeu permettant le déploiement de toutes sortes de stratégies et autres tactiques. Car, quelle que soit l'organisation attendue, ce sont des rapports de forces que l'image va médier autant que représenter.

Comment concevoir ces dispositifs d'images interactives, ces terrains de jeu collectif avec leurs règles et leur système de représentation ? Comment faire évoluer de telles images selon l'expérience collective que l'on peut en faire ?


 




Samuel Bianchini, Dispositif d'image interactive multi-utilisateurs sur internet et installation, 2003
Développement informatique : Oussama Mubarak -


http://www.dispotheque.org/polymic


“pOlymic Games” est une image interactive partagée via internet. Mosaïque colorée et désordonnée, cette image laisse apparaître un signe, celui des Jeux Olympiques : les cinq anneaux colorés et entrelacés, symbole universel d'une compétition mondiale harmonieuse, ici, amplifié par une flamme qui surmonte ce signe. Cette représentation est formée par une foule disciplinée qui réalise une chorégraphie à la hauteur de l'événement : le spectacle de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques.

Nos mouvements sur l'image - en clic maintenu - animent cette mosaïque humaine et créent des traces en la réordonnançant. L'image étant partagée, chaque animation produite par un des multiples utilisateurs est visible par tous ; chacun peut agir et percevoir l'activité que les autres effectuent.

Utilisateur après utilisateur, animation après animation, l'image subit une lente évolution où déconstruction et construction se rejoignent. À la chorégraphie dans l'image répond la difficulté d'une organisation collective, d'activités, de gestes distribués à travers le réseau. Cette organisation peut être conduite ici sous l'égide d'un signe partagé, universel, d'un but commun. Séduit par la production de notre acte individuel, on est également tenté de dessiner, d'écrire dans l'image, voire de signer le graphe que l'on va laisser à l'écran. Entre désir de se distinguer et volonté de participer à l'effort collectif, entre signe individuel et symbole universel, l'équilibre a peu de chances d'être résolu.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------

INTERVENANT PHARE DE LA BIENNALE "figures de l'interactivité" SAMUEL BIANCHINI EST UNE PERSONNALITE FRANCAISE INCONTOURNABLE DES ARTS NUMERIQUES.

Samuel Bianchini vit et travaille à Paris.
Ses œuvres sont régulièrement exposées en France et à l'étranger.
Pour ses recherches, qui interrogent en particulier l'incidence des médias interactifs sur nos modes de représentation et nos relations à la réalité, il collabore avec des scientifiques et des laboratoires de recherche en ingénierie.
Samuel Bianchini a aussi entrepris un travail théorique en relation étroite avec sa pratique artistique, réflexion qui donne lieu à de fréquentes publications : Éditions du Centre Pompidou, Éditions Jean-Michel Place, MIT Press, Hermes, etc.

Après avoir soutenu sa thèse de doctorat au Palais de Tokyo - Site de création contemporaine avec une exposition personnelle, il est aujourd'hui membre des laboratoires Calhiste (Université de Valenciennes) et Lam / Citu (Laboratoire des arts et médias, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne / Création interactive transdisciplinaire universitaire, fédération de laboratoires des Universités Paris 1 et Paris 8). Il est Maître de conférences à l'Université de Valenciennes et intervient pour la “recherche et création” à l'École nationale supérieure d'art de Nancy et dans le Cycle de recherche, création et innovation de l'École nationale supérieure des arts décoratifs (Paris).

http://www.dispotheque.org