Accueil > Archives > 2010 > [exposition] Relatives, du 2 au 10 octobre 2010, Nice

[exposition] Relatives, du 2 au 10 octobre 2010, Nice


Relatives



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


© Jérôme Allavena, Émergence, 2007, Vidéo de 3:52 min


 


Du 2 au 10 octobre 2010
De 15h00 à 18h30, puis à 17h sur RDV
43, avenue Monplaisir, Nice


Vernissage le vendredi 1er octobre 2010 à 18h00

Relatives est une invitation lancée à seize artistes à investir la Villa Cameline avec des interventions conçues spécifiquement pour le lieu.
Caractérisée par son style fastueux typique des demeures niçoises du début du siècle dernier, la Maison Abandonnée livre ses murs tagués et ses moulures défraichies à l’expérimentation. L’exposition collective Relatives accueille des propositions réalisées par de jeunes artistes sensibles aux projets in situ, suite à un temps de résidence dans la villa.
S’emparer du lieu, de son contexte, de son histoire, de ses formes, de son architecture et de son environnement est l’un des axes de recherche de cet événement.
Les conditions spécifiques d’émergence des oeuvres préfigurent à la réalisation de projets conçus et produits spécifiquement en écho au lieu et à son faste d’antan. Infiltrer le substrat de cette friche contemporaine avec les moyens du bord constitue l’une des pistes d’investigation de l’expérience. Penser le glissement de sens de la notion de decorum – de « règles de la bienséance » à l’emploi impropre d’ « apparence pompeuse » – est au coeur de l’appréhension du site, de ses qualités et de ses possibilités. Concevoir et anticiper les oeuvres en lien avec le decorum suranné du lieu revient à créer dans la perspective d’un investissement de l’existant, entre adaptation, infiltration, dépassement, transformation et/ou confrontation. Relatives pourrait relever d’un exercice de style. C’est avant tout l’invitation faite à des artistes à penser la co-présence d’un lieu atypique et de leurs interventions artistiques, de façon spontanée, libre et transformatrice.


Jérôme Allavena et Nicolas Muller sont deux anciens étudiants de l’EESI.

Jérôme Allavena
Né en 1979, vit et travaille à paris
http://jeromeallavena.encoche.org/

Jérôme Allavena explore les potentialités du trait, du tracé et de la ligne. Dans son travail, le dessin devient un lieu d’expérimentation. À l’image d’émergence (2007), différents points de départ (personnages, lieux, films, textes) sont soumis à des systèmes de codification, de traduction et de mise en abîme. Par ce processus de déconstruction/ reconstruction, Allavena interroge l’image à travers ses diverses dimensions et donne à voir de nouveaux points de vue, difficiles à décoder d’un simple regard. (Marie Bechetoille)



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


©   Jérôme Allavena, Série des Knot, 2008, 7 Dessins vectoriels, dimensions variables.  


 


Nicolas MULLER
Né en 1981 à Chatenay Malabry, vit et travaille à Nice et Paris,
http://nicolasmuller.encoche.org/

La métaphore la plus fertile pour aborder le travail de Nicolas Muller est certainement celle du cinéma. Mais certainement pas à la place du spectateur bien plutôt à la place du monteur. En traversant une exposition de Nicolas Muller vous devenez celui qui circule librement, à toute vitesse, si vite même que des scènes entières se résument en une seconde et même en une image.
Ce que vous voyez d’abord dans ses expositions sont des images secondes, furtives et de deuxième main, mais ce n’est qu’une accroche. Au delà des références, si vous regardez une seconde fois c’est bel et bien l’espace critique de l’exposition comme médium qui surgit.


(Julien Bouillon, extrait)



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


© Nicolas Muller, Once upon a time, 2010, Impression numérique sur papier photographique sous cadre, 100 x 55 cm.