Accueil > Archives > 2011 > [exposition] Exposition Yves Chaudouët, du 14 janvier au 18 février 2011, (...)

[exposition] Exposition Yves Chaudouët, du 14 janvier au 18 février 2011, Limoges



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


Du 14 janvier au 18 février 2011
Galerie du Théâtre de l’Union
Centre Dramatique National du Limousin
20 rue des Coopérateurs, Limoges


Vernissage le vendredi 14 janvier
18h : Dédicace de son livre au Bar du théâtre
18h30 : Vernissage de l’exposition


Résumer en quelques lignes l’œuvre d’Yves Chaudouët semble impossible. Récemment, certains essayèrent de l’envisager par le biais de la musique, après que d’autres aient tenté le nomadisme, le voyage, la fragmentation parmi d’autres approches.
Puisqu’il décrit lui-même sa démarche comme "enracinée dans la littérature ", je suggère d’être simplement attentif à certains livres qu’il a lus, et à d’autres qu’il a publié depuis quinze ans.
Parmi ses dix auteurs favoris, on trouve Herman Melville, Stéphane Mallarmé et Alfred Jarry, ou encore Samuel Beckett, James Joyce, John Cage et Lie Tseu, et, plus près de nous, Edward Ruscha, l’inventeur des livres d’artistes. Ses racines puisent donc dans le symbolisme, la pataphysique, le bouddhisme...et il considère le livre comme un espace plastique spécifique de l’œuvre.

Sa bibliographie débute en 1989 avec le bien nommé "Il ne faut pas confondre monotype et célibataire".
Cinq ans plus tard, il édite un jeu de cartes postales ("Dieu"), et deux modestes ouvrages aux titres évocateurs : "Je ne fais que passer" (en hommage à l’homme qui l’a élevé), “The late late blues” (dédié à Paul Bley).
En 1996, il reprend un texte de Jean de la Fontaine (la vie d’Esope le Phrygien), puis les années suivantes sortent “Lichens” et "Suspens/Détails/Témoins", livres qui combinent photographies et détails de monotypes. En 2001, “Suspens" à nouveau, avec des textes de Mallarmé, et “My truck is a boat" (mon camion est un bateau). L’année suivante, “Observers" (observateurs), un nouveau jeu de cartes postales paraît, avant la faste année 2003 où trois ouvrages très importants sont publiés :
“Film” (ensemble de cent monotypes), “Où allons-nous ? et Que faisons-nous ?" d’après John Cage, et “Poisson abyssal" qui ouvre une nouvelle séquence de travail de sculptures lumineuses évocatrices de l’univers sous-marin. Ces trois livres sont des clés essentielles pour saisir les méandres récents du parcours de l’artiste.