Accueil > Archives > 2011 > [exposition] Jean-Jacques Dumont / Anne-Émilie Philippe

[exposition] Jean-Jacques Dumont / Anne-Émilie Philippe


Jean-Jacques Dumont / Anne-Émilie Philippe
ERGASTULE // Multiples d’artistes à vendre



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 



Jusqu’au 1er mai
FRAC Lorraine
1 bis, rue des Trinitaires, Metz


En 2009, le Frac avait invité l’association Ergastule, dont l’atelier est basé à Nancy, à exposer ses premiers multiples artistiques.
En ce début d’année 2011 et à l’occasion de l’exposition Geste serpentine et autres prophéties, le Frac propose au public l’acquisition de deux multiples de Jean-Jacques Dumont et Anne-Émilie Philippe, édités en 2010 dans leur atelier.

Anne-Émilie Philippe présente son œuvre Erratum.


Erratum
-
Craie à tableau, 9×2,5×7 cm, 36 exemplaires.
« Peu importait qu’il y eût plusieurs fautes ou une seule. »
PRIX : 90 €


En Novembre dernier, Anne-Émilie Philippe présentait le multiple Erratum à l’occasion de l’exposition organisée par l’association Ergastule à la Galerie Neuf à Nancy.
Merveilleusement simple et subtile, l’éponge de craie fabriquée à partir d’un moule en élastomère, posée sur un socle en ardoise noire d’écolier. Discrètes et pourtant fondamentales, de rares traces de craie apparaissent sur l’ardoise, aux bordures de l’éponge.
Essentielles parce qu’elles figurent le geste de l’artiste ajustant l’œuvre sur son support et dévoilent la matière de l’objet.
Ces vibrations de craie sur l’ardoise renvoient autant au dessin qu’à la sculpture. Sculpture constituée par la dégradation de sa propre matière.
Au FRAC Lorraine, l’artiste libère la sculpture de son socle, l’objet du dessin. Le tableau noir et ce qui y figurerait apparaissent mentalement formant, par recouvrement et par effacement, de nouvelles formes.
L’œuvre change-t-elle pour autant ?
Non. Le geste occupe toujours une place de premier ordre. Cependant nous observons un déplacement : la manipulation de l’éponge ne s’effectue plus par l’artiste (première version) mais par le potentiel acquéreur (version actuelle). L’œuvre se constituant à nouveau dans la destruction, l’effacement et le transfert de matières.


Leonor Nuridsany