Accueil > Archives > 2011 > [exposition] COLONIAL JELLY, du 12 avril au 14 mai, Toulouse

[exposition] COLONIAL JELLY, du 12 avril au 14 mai, Toulouse


COLONIAL JELLY



 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 



Du 12 avril au 14 mai
Lieu Commun
Centre d’art contemporain de Toulouse
23/25 Rue d'Armagnac, Toulouse


Vernissage le mardi 12 avril à 19h

Exposition collective avec les œuvres de Marie BAUR _ Benjamin CHARLES _ Guillaume CONSTANTIN _ Marie-Johanna CORNUT _ Gregory CUQUEL _ Estelle DESCHAMP _ Collectif DOP _ Regis FEUGERE _ Yann GROLLEAU _ Benoit MENARD _ Marie MOREL _ Armand MORIN _ Samir MOUGAS _ Bruno PETREMANN _ Amandine PIERNE _ David RENAUD _ Julien RUCHETON _ Mathieu SIMON _ Fabien SALEIL _ Julien TARDIEU _ Jeanne TZAUT


Colonial Jelly est le nom d’un siphonophore évoluant dans les profondeurs abyssales. L’ordre animal du siphonophore est un embranchement d’organismes au patrimoine génétique identique, proches de la méduse. Il a la particularité de se composer d’une colonie d’individus arrangée en chaîne, où chaque spécimen est perfectionné dans l’exécution d’une tâche simple : reproduction, chasse, digestion, défense, propulsion... Ce super-organisme capable de fonctions et de comportements que des éléments seuls ne pourraient adopter, est unique. Colonial Jelly pose indirectement chez les scientifiques la question de la définition de l’individualité.


L’exposition COLONIAL JELLY rassemble les travaux d’une vingtaine d’artistes à Lieu Commun.
Les membres de La Mobylette accueillis en résidence soumettent un dispositif de monstration original mêlant une sélection de leurs œuvres à celles d’artistes invités.
Regroupées en colonie au sein d’une structure d’accueil sculptée in situ par les artistes, les pièces sont invitées à dialoguer entre elles dans un rapport de proximité.
Cette mise en espace propose d’interroger les potentialités de chaque œuvre à se faire élément d’une composition, tout en affirmant sa propre indépendance.
A l’image du siphonophore, cet amoncellement constitué d’un répertoire de formes et de médiums, de matériaux et de tonalités, s’étalera dans l’espace tel un super-organisme.


Yann Grolleau, ancien élève de l’EESI et actuellement technicien chargé d'encadrement pédagogique à l’école y présente son travail.



www.lamobylette.org