Accueil > Archives > 2012 > Les conférences de Stephen Wright

Les conférences de Stephen Wright


Les conférences de Stephen Wright



 


 


 


 




 


Open Engagement
Du 18 au 20 mai
Portland, Oregon


"Pratiquer l'escapologie"

Si le "tournant performatif" à l'œuvre ces dernières années a ébranlé l'hégémonie de la représentation dans les pratiques contemporaines, l'art persiste à se penser comme extérieur à ce qu'il aborde, autre que lui — ontologiquement autre — car opérant à une échelle et à un tempo différents. Mais ces dernières années ont également témoigné d'une apparente volonté de l'art d'échapper à cette ontologie qu'il s'était imposé à lui-même, une volonté de s'échapper à lui-même. Comment rendre raison de ces tentatives escapologiques, qui ressemblent à celles qu'on peut observer dans bien des autres champs ?
Quoi qu'il en soit, il s'agit d'une reformulation d'un dilemme majeur de la représentation, car en s'échappant à lui-même, en laissant sa seule "capa" là où on s'attend à sa pleine présence, l'art se donne les moyens de faire un avec le réel, d'opérer à l'échelle-un, de quitter les pièges du cadre performatif, lui permettant d'investir des champs d'activité autres que celui exclusif à l'art. Ce qui lui ouvre des possibilités jusqu'ici inexplorés pour aborder le présent historique en temps réel, puisqu'il y opère en pure immanence, utilisant pour ainsi dire le territoire comme sa propre cartographie — ouvrant, par là une nouvelle politique de l'art.


Journée d’étude « Figures du spectateur »
Jeudi 31 mai de 9h à 17h
Université d’Aix-Marseille Campus Schuman
29, avenue Robert-Schuman, Aix-en-Provence



Spectatorship

Le substantif collectif anglais spectatorship désigne bien plus que la communauté de spectateurs ; il recouvre davantage que le seul phénomène « spectatorial ». Il nomme un régime de visibilité qui est à la fois constitutif des conventions qui régissent la production et la réception de l’art, et constitué par elles. En suspendant toute notion d’usage actif, spectatorship s’oppose à usership, un rapport à l’art fondé sur l’usage. Si le monde et le marché de l’art semblent pouvoir envisager l’éventualité d’un art sans œuvre et sans auteur – poursuivant des expériences de dématérialisation radicale et de généralisation des initiatives collaboratives – l’idée d’un art sans spectateur, en l’absence de tout spectatorship, reste anathème à leurs us et coutumes voire peut-être à leur existence même. Dans les sermons critiques qui ne manquent jamais de célébrer la libre et active participation des spectateurs à la constitution du sens des œuvres, ne sommes-nous pas au cœur de l’idéologie contemporaine, entendue comme le rôle imaginaire qu’entretient un sujet avec le réel ? Ces apologies de spectatorship sont-elles autre chose qu’une tentative de retarder un inévitable changement de paradigme dans l’art, déjà en cours ? N’y a-t-il pas, autrement dit, quelque chose de paradoxal dans l’affirmation de spectatorship à une époque où l’on voit émerger de plus en plus de pratiques à faible coefficient de visibilité artistique qui contestent délibérément la nécessité voire la possibilité pour ceux qui les perçoivent de se constituer en spectateurs ? Des pratiques qui dérobent à la visibilité et donc échappent à toute prescription, à tout contrôle – bref, au régime spectatorial. Quand et pourquoi dans l’histoire des idées le spectateur –« désintéressé », selon la formule d’Emmanuel Kant – émerge-t-il comme figure héroïque des arts visuels ? Et surtout, quels nouveaux usages et usagers commencent-ils aujourd’hui à contester, à déplacer voire à remplacer le spectatorship ?

10h — Christian Ruby (Paris) : Radioscopie de l’approche du spectateur
10h45 — Joëlle Zask (Université de Provence) : Spectateur ou public ? Le rôle du citoyen en question
11h45 — Marion Hohlfedt (Université de Rennes) : Making by doing. Formes de participation du jeu à la cité
12h30 — repas
14h — Stephen Wright (École européenne supérieure de l'image, Angoulême / Poitiers). Spectatorship
14h45 — Corine Passenat (Université de Strasbourg) : La question du spectateur, symptôme ?
15h15 — Augustin Giovannoni (Université de Provence) : Le spectacle de soi