Cahiers du post-diplôme 2

Pour sa seconde année d’existence, le post-diplôme Document et art contemporain continue d’explorer les relations entre le document et son appropriation artistique. Les preuves, s’il en fallait, de l’actualité et de la pertinence de l’objet de la recherche ne cessent de nous apparaître. Ce fut le cas récemment lors du colloque qui s’est tenu au Musée du quai Branly, « L’artiste en ethnographe », ou encore à l’occasion de la Triennale de Paris, Intense Proximité, sous le commissariat d’Okwui Enwezor.

En effet, que le document ou l’archive exerce une fascination, se découvre comme signe de filiation ou encore se donne à voir comme travail d’affiliation, il demeure, pour reprendre le titre d’un texte de Maurice Olender*, un inépuisable matériau du rêve. Trace d’une histoire, il devient, dès l’instant même où on le considère, le commencement d’autre chose, d’un traitement, d’une écriture, d’un fondement ou d’une inspiration pour des productions filmiques, poétiques, artistiques, curatoriales.

La réflexion et la pratique du document ont été partagées cette année, sous la direction d’Érik Bullot, directeur du programme, de Joan Ayrton et de Stephen Wright, professeurs référents, avec Eliane Esther Bots (Pays-Bas), Jurga Zabukaite (Lituanie), Riccardo Giacconi (Italie), Hugo Hopping (États-Unis/Mexique) ainsi que Lucia Aspesi qui a poursuivi les travaux entamés l’an passé.

Selon une pratique pédagogique à l’œuvre à l’EESI dès le second cycle, les modalités de recherche ont été conservées : conférences, séminaires, voyages d’études - cette année à Copenhague et à Genk, pour Manifesta - celles-ci permettant une complémentarité forte entre les temps d’échanges et celui consacré aux réalisations personnelles des participants.

Cette année a également permis de consolider les liens avec les structures déjà partenaires comme CalArts ou le Confort Moderne à Poitiers qui a accueilli un cycle de conférences mais aussi de mettre en place une nouvelle coopération avec l’École nationale supérieure d’art de Bourges à l’occasion d’un workshop, comme avec l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris qui a accueilli une journée d’étude sur le cinéma élargi.

Grâce au soutien du Pôle recherche du Ministère de la Culture et de la Communication, le post-diplôme aborde à présent une nouvelle phase lui permettant de continuer à expérimenter les modalités les plus adéquates pour une recherche en art inscrite dans une dimension résolument internationale, à l’instar des réflexions que l’EESI conduit déjà depuis plusieurs années et qui lui ont permis d’être une des premières écoles en France à inventer un partenariat original avec l’université lors de la création de ses masters.


Sabrina Grassi-Fossier


*Matériau du rêve, Éd. IMEC,, coll. « Le Lieu de l’archive », Condé-sur-Noireau, 2010.
 


SOMMAIRE

Document, création, recherche
   Sabrina Grassi-Fossier
   
Du document comme verbe
  Érik Bullot

Talking Documents
  Conversation

Chronologie      

PERFORMER LE DOCUMENT     

the papers (une écologie documentale)
 franck leibovici

The Variational Status

Notes around the assassin Simone Pianetti (1858 - ?),
 Riccardo Giacconi and Andrea Morbio

The Survival Function. Notes and reflections on Swiss Film Experiments.
Interview with François Bovier and Adeena Mey
 Lucia Aspesi

Un film en moins
 Érik Bullot

Filmlessness
 Translation Nicole Dunham

Perigee Moon,
Film on paper
 Eliane Esther Bots

Emotional Documents
 Jurga Zabukaite

Quatre géologues à Qatorqoq
 Joan Ayrton

Acheter en ligne