Voyage au Stromboli


11 octobre 2013

Vol Paris – Catane, nous atterrissons dans la matinée, louons deux petites voitures et décidons de remonter la côte Est de la Sicile pour rejoindre Milazzo où il est prévu que nous passions la nuit. La côte est très construite, devient par moment plus sauvage antre Taormina et Messine, des villes que nous ne traversons pas en leur centre mais contournons pour suivre le bord de mer (un orage et une forte et courte chute de grêle nous surprennent en route sur cette seconde partie au nord de l’Etna).


12 octobre 2013

7h30. Nous embarquons sur le bateau qui nous mène de Milazzo jusque dans les îles Éoliennes (Vulcano, Lipari, Panarea, puis Stromboli). Mario Pruiti, notre guide (que je connais et qui nous attend) nous rejoint sur le bateau entre Ginostra (l’un des deux villages de l’ïle, où le bateau fait halte en premier) et Stromboli où nous débarquons vers 10h30. Première promenade au bord de l’eau, dans le port de pêche, le sable est noir. Nous rejoignons Mario dans le bureau d’inscription à l’expédition. Nous vérifions l’équipement. Certains éléments nous sont prêtés, d’autres seront loués. Lampes torches, casques, sacs à dos, chaussures de marche, k-ways, pulls chauds.
Nous déjeunons avec Mario dans sa « cantine », un restaurant au entre du village, il connaît tout le monde bien sûr. Nous nous présentons, le groupe fait connaissance avec lui. Petite heure de repos avant le départ de l’excursion. Le rendez-vous est à 15h45 devant l’église de Stromboli. Tous les participants du jour sont réunis au même endroit, une petite centaine de personnes divisée en cinq groupes. Toutes les 20 minutes, un groupe se met en route, chaque groupe est mené par un (ou une) guide, tous sont reliés par radio.
Nous traversons le village, nous nous élevons peu à peu, commençons notre marche vers le haut de la montagne. La route choisie pour nous par Mario est plus longue, plus spectaculaire aussi puisqu’elle longe le bord de ce qui s’appelle « La sciara del fuoco », le chemin de feu, une immense pente raide allant des cratères jusqu’à la mer, le long de laquelle se déversent en permanence la lave, les braises et les cendres du volcan. Notre itinéraire est en vert sur la petite carte (cartina) des excursions.

Notre guide Mario propose régulièrement des arrêts pour reprendre un peu notre souffle, pour sans doute ajuster les distances entre nous et les groupes suivants et précédents, enfin pour nous expliquer ce que voyons (il dessine des cartes et des schémas dans la terre). Il connaît précisément à chaque instant notre altitude. A 400 mètres, la marche est interdite sans guide. Nous sommes bien au-delà à présent. La montagne s’élève à 925 mètre, nous monterons jusque environ 850 mètres, un peu au-dessus des trois cratères. La nuit tombe peu à peu au fur et à mesure de notre marche qui s’intensifie.

Nous atteignons la crête surplombant les cratères à la tombée de la nuit, nous y restons une heure environ. Nous regardons les explosions de lave se produire plusieurs fois.

Puis vient la descente sur un flanc sablonneux du volcan (mélange de cendres et de sable), rapidement, munis de nos lampes, il fait nuit, nous marchons vite, la pente est raide. Nous retrouvons peu à peu une température douce et enfin le village. L’excursion a duré 6 heures, il est 22h.
Nous buvons quelques verres avec Mario et un autre guide, la vision du volcan a quelque peu stimulé le groupe…


13 octobre 2013

Mario nous a invités à le rejoindre à Ginostra où se trouve sa maison, il nous propose une autre marche. Nous prenons le bateau de 7h du matin. Mais la fatigue est forte et générale, nous passons la matinée chez Mario à boire du café et discuter avec lui. Mario a étudié les sciences politiques. Il met en lien, c’est sa passion, l’histoire volcanique des îles Eoliennes et celle des migrations à travers les siècles.
Retour en bateau dans le village de Stromboli. Le groupe se divise (certains vont marcher, visiter le village, les environs) et se retrouve à 18h. Dîner dans la cantine de Mario.


14 octobre 2013

7h. Premier bateau pour rejoindre Milazzo, nos voitures, l’autoroute puis l’aéroport de Catane. Vol 15h. Escale à Rome. Paris 19h. Fin du voyage.