Accueil > Actualités > [actualités des professeurs] > "Le soleil se fatigua de sa marche et refusa pendant vingt heures sa lumière (...)

"Le soleil se fatigua de sa marche et refusa pendant vingt heures sa lumière aux mortels" de Virginie Yassef

Du 10 janvier au 17 mars
Le granit, scène nationale de Belfort
1 Faubourg de Montbéliard, Belfort

Vernissage le vendredi 9 janvier à partir de 18h, en présence de l’artiste.

Peuplé, singulier,magique, inquiétant, absurde, burlesque, il faudrait un long cortège d’adjectifs pour annoncer le voyage qu’offre Virginie Yassef à travers la mise en scène de ses oeuvres dans une exposition : un théâtre d’expériences décalées, « où chaque pièce - dit-elle - est portée soit par une histoire, soit par un mouvement : quelque chose qui se passe. »
A la croisée du conte de fées et de la science fiction, entre ingénuité et gravité, dans un télescopage de fragments de réalité et d’imaginaire voici un art qui assume le faux, le simulacre, la représentation, qui aiguise notre capacité d’émerveillement comme celle à réveiller nos peurs enfouies, les titres des œuvres sont en eux-mêmes déjà les annonciateurs d’une histoire où l’on est invité à entrer. Il s’agit parfois d’une traversée dans le temps -retour dans le passé ou projection dans le futur- d’un parcours physiquement empêché, avec comme dans les fables, des perturbations, des obstacles à vaincre et souvent des métamorphoses. Faire voler des chiens (d’après Kafka), faire parler des pierres, extraire des “scénarios-fantômes” de fragments de paysages, rien n’arrête Virginie Yassef pour nous inciter à l’écoute la plus fine et la plus subtile du pouls d’un monde en devenir.

Virginie Yassef, née en 1970 à Grasse, vit et travaille à Paris.
Représentée par la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, Paris.