Accueil > International > Projets internationaux

Projets internationaux

Programme de résidences internationales

Dans le cadre du déploiement de l’accompagnement de la professionnalisation des étudiant·es, l’ÉESI a mis en place, à compter d’octobre 2018, des résidences internationales de recherche-création qui sont attribuées à des diplômé·es de l’ÉESI de l’année en cours, sélectionné·es sur dossier après appel à projet.

Résidence Can Serrat

Centre d’art international de Can Serrat, El Bruc, Catalogne, Espagne

En 1989, onze artistes norvégiens ont acheté la maison de Can Serrat pour la transformer en un centre de production artistique expérimental. Située à 45 km de Barcelone, la maison offre divers espaces et ateliers pour travailler dans un environnement naturel.Chaque année, Can Serrat accueille une vingtaine d’artistes du monde entier. Can Serrat participe activement à la vie culturelle catalane, développant diverses activités afin de faire connaître les sensibilités artistiques catalanes à l’intérieur et à l’extérieur de ses murs à travers la présentation de projets, des échanges linguistiques, des lectures littéraires publiques, des excursions dans des écoles et centres d’art, des spectacles et des concerts. Can Serrat est une communauté internationale d’artistes qui partagent, se mélangent, coexistent et créent dans un espace commun.

Dans le cadre du partenariat signé avec Can Serrat, L’ÉESI prend en charge le transport ainsi qu’une bourse de résidence de 3000 euros pour chaque artiste.

Artiste accueillie : Marianne Vieulès, diplômée en 2019— durée : 3 mois – septembre à décembre 2019•

Résidence Inter/Access

Centre Inter/Access, Toronto, Canada

Fondé en 1983 sous le nom de Toronto Community-Vidéotex, Inter/Access est une galerie, un établissement d’enseignement, un studio de production et un festival à but non lucratif, consacrés aux pratiques émergentes en matière d’art et de technologie. La mission d’Inter/Access est d’élargir la signification culturelle de l’art et de la technologie en favorisant et en soutenant le cycle complet de l’art et de la pratique artistique par le biais de l’éducation, de la production et de l’exposition.Chaque année, Inter/Access organise de nombreuses expositions, un programme complet d’ateliers de renforcement des compétences et de théorie critique, ainsi qu’un large éventail d’événements discursifs explorant l’impact de la technologie sur les aspects sociaux, politiques et culturels de la vie contemporaine.

Dans le cadre du partenariat signé avec Inter/Access, L’ÉESI prend en charge le transport ainsi qu’une bourse de résidence de 3000 euros pour chaque artiste.

Artiste accueilli : Nathan Serrano, diplômé 2019— durée : 3 mois – septembre à décembre 2019Nathan Serrano explore le corps par rapport à la technologie en construisant de nouveaux appareils musicaux hybrides et augmentés.
Accompagné des artistes Sebastian Pines et Justine Emard, Nathan Serrano a participé à la rencontre Extensions, Prosthetics, and Symbiosis – Artist Talks qui abordait le corps en relation avec la technologie. Les présentations ont été suivies d’un débat public et d’une séance de questions-réponses modérée par Lee Wilkins, artiste et technologue basé à Toronto. Ces conférences étaient soutenues par les services culturels de l’Ambassade de France au Canada.

Projets avec l’IFAN et l’ISAC à Dakar

L’ÉESI est impliquée depuis plusieurs années dans des collaborations pédagogiques avec l’Institut Fondamental d’Afrique Noire et l’Institut Supérieur des Arts et des Cultures, à Dakar.
Le précédent projet, mené en 2017-2019, entre l’ÉESI et l’IFAN, a abouti à l’exposition Ba mu amee yaa ko fekke ? Étais-tu là au moment des faits ? en mai 2018, dans le cadre du off de la Biennale de Dakar.

Ce projet pédagogique et artistique s’est construit sur le partage des savoirs et des expériences, entre des institutions françaises et sénégalaises, et des personnalités de la diaspora africaine. Les projets en préparation en 2019 ont visé à renforcer les échanges pédagogiques et techniques entre l’IFAN, l’ISAC et l’ÉESI, à permettre à de jeunes artistes africain·es de bénéficier pleinement des ressources de l’ÉESI, à réaliser des projets communs d’expositions et d’éditions, aussi bien en Afrique (Biennale de Dakar) qu’en France.

Pour en assurer la faisabilité et engager l’école dans un temps assez long, l’ÉESI a obtenu une subvention Erasmus+ de « mobilité internationale de crédits/Sénégal » pour financer les échanges d’enseignant·es, l’accueil d’artistes, d’acteurs et actrices culturel·elles sénégalais·es à l’ÉESI ainsi que l’accueil d’étudiant·es de l’ISAC en mobilité d’études à l’ÉESI et de stage au musée d’Angoulême à partir de la rentrée 2019-2020.La subvention obtenue d’une durée de trois ans (fin en juillet 2022) s’élève à 72 048 euros.
François Delaunay, enseignant référent du projet, a effectué une première mission préparatoire en novembre-décembre 2019 en vue des projets prévus à l’occasion la Biennale de Dakar 2020. Il est notamment intervenu dans le cadre du programme de master multidisciplinaire de l’ISAC.

Programme INNOVART France-Argentine

INNOVART France-Argentine est un programme de coopération et de mobilité universitaire dans les domaines combinés de l’art et de l’innovation qui vise à ouvrir à l’international les écoles et universités, encourager la mobilité des étudiant·es, des enseignant·es et des chercheur·euses entre les deux pays et développer des projets de création et de recherche conjoints. Il reçoit le soutien en Argentine du Secrétariat aux Politiques universitaires du ministère de l’Éducation et des Sports et en France du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, du ministère de la Culture et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation.

L’ÉESI a été sélectionnée pour initier en 2017-2018 le projet « Bio-interactivité et territoire : laboratoires de production pour une étude environnementale artistique, scientifique, technologique et vidéoludique » avec l’Universidad Nacional de Tres de Febrero (Buenos Aires) et l’Universidad Nacional de Miciones. Les derniers déplacements dans le cadre de ce projet ont eu lieu en 2019 avec l’accueil en mars à l’ÉESI, pour la seconde année consécutive, d’enseignant·es-chercheur·euses des universités argentines partenaires ainsi que la participation d’un étudiant de l’ÉESI au dernier groupe de travail réuni à Miciones en juin-juillet.
Le travail effectué en collaboration, en présentiel et à distance a permis d’échanger et hybrider des méthodes pédagogiques, ainsi que des corpus d’œuvres de théoriciens et théoriciennes. Du point de vue de l’encadrement pédagogique et technique, cela a permis de mettre en place de nouveaux cours et ateliers en premier et second cycles à l’ÉESI avec de nouvelles approches sur la rencontre entre art, jeu et vivant. Concernant les étudiant·es impliqué·es dans l’échange initial, cela leur a permis de développer d’une part une approche et une réflexion théorique qui ont essaimé des enjeux écologiques, de responsabilisation et d’interaction dans leurs mémoires d’étude, et d’autre part des pièces artistiques de diplôme prenant en compte ces éléments dans leur forme ou dans leur démarche.
De manière plus large, cela a contribué également à ouvrir de nouveaux espaces de pensée et de pratique aux collègues enseignant·es et technicien·nes, ainsi que dans les interapprentissages des promotions étudiant·es (les formes de Do It Yourself et de Do It Together se sont multipliées, complémentaires à l’enseignement professoral).
La présence et la collaboration d’artistes-enseignantes-chercheuses argentines ont également permis d’affirmer l’intérêt de points de vue internationaux dans l’enseignement supérieur artistique pour pouvoir prétendre travailler en étant conscient de l’état de l’art dans un monde en renouvellement permanent.

ConFluencia Creativa : Facilité de financement des collectivités françaises – FICOL – AFD - Mexique

Souhaitant impulser des projets en lien avec l’entrepreneuriat et les industries culturelles et créatives au Mexique, GrandAngoulême a invité l’ÉESI à piloter le projet qui se développera dans la continuité des échanges opérés depuis 2014 entre GrandAngoulême et Zapopan. Il s’agit de donner une nouvelle ambition au partenariat en :
— répondant aux attentes des partenaires mexicains ;
— transposer les facteurs clefs permettant de capitaliser sur les activités créatives développées depuis 20 ans sur le territoire d’Angoulême ;
— modéliser cette expérience singulière afin d’en faire une force pour la stratégie d’internationalisation de notre territoire : création d’une dynamique collective, formalisation de l’expertise, valorisation des savoir-faire locaux.

Le montant total du projet est de 1000 k€ (financement AFD estimé à 700 k€), distribué sur 3 composantes :
1. Créer un master « Arts numériques » ;
2. De l’entrepreneuriat à l’entrepreneuriat culturel ;
3. Territoires créatifs.

Le projet doit se développer sur 3 ans. L’ÉESI, l’EMCA et l’ENJMIN sont invitées à participer à la composante 1 afin de répondre aux constats suivants :
— Absence au Mexique de diplôme de niveau master sur les domaines créatifs visés ;
— Faible capacité à trouver des compétences d’enseignement nécessaires (recours aléatoire à des intervenant·es extérieur·es souvent non dotés des prérequis pour un enseignement de niveau master) ;
— Besoin de revenir aux fondamentaux de la création d’images et de privilégier une approche tant artistique que technologique ;
— Faible visibilité de ces filières d’enseignement sur des secteurs pourvoyeurs d’emplois.

Le TEC de Monterrey, et plus spécifiquement son École d’architecture, art et design (EAAD) est désigné comme partenaire mexicain pour cette composante.
L’ÉESI pilote la coordination des 3 écoles angoumoisines

Label UNESCO

En octobre 2019 la ville d’Angoulême a obtenu le label « Villes créatives » de l’UNESCO, dans la catégorie « Littérature ». Elle a confié à l’ÉESI la création en 2021 d’une chaire visant à faciliter et promouvoir l’enseignement supérieur de la bande dessinée et des littératures graphiques à l’international.

FIBD 2019
PFC#6 : ChiFouMi des étudiant·es

Du 16 au 23 janvier 2019, le FIBD a invité l’association ChiFouMi qui travaille à la reconnaissance de nouvelles formes de bande dessinée et qui organise depuis une dizaine d’années la manifestation Pierre Feuille Ciseaux.En parallèle à la résidence qui regroupe des auteurs et autrices professionnel·les, l’ÉESI s’est associée au FIBD et à ChiFouMi pour accueillir un workshop international mené par Nicolas Verstappen, auteur et enseignant à la Chulalongkorn University, à Bangkok.

20 étudiant·es de 10 écoles ont participé à cette résidence de création collective au rythme intense. Travaillant et dormant au sein de l’école, ils·elles ont répondu à un ensemble de propositions de travaux collectifs et de contraintes proposées par Nicolas Verstappen, et ponctuellement par d’autres auteurs et autrices professionnel·les de la résidence parallèle.La restitution de cette résidence internationale s’est montrée dans le cadre du FIBD, du 24 au 27 janvier, dans l’atelier des DNA3 de l’ÉESI, permettant une visite conjointe avec l’exposition ChiFouMi des auteur·es invité·es par le festival, au Musée du Papier.

Écoles partenaires
• Chulalongkorn, Bangkok, Thaïlande • HEAR, Strasbourg, France • LUCA, Bruxelles, Belgique • ERG, Bruxelles, Belgique • University of Stellenbosch, Cape Town, Afrique du Sud • School of Visual Art, Reykjavík, Islande • Aalto University, Aalto, Finlande • HEAD, Genève, Suisse.

Participant·es
Adèle Mesones, Margaux Peron, Nicharee Sawartsoot, Sasi Tanyanurak, Quentin Bohuon, Irina Lisacheva, Dragana Radanović, Eva Lynen, Dido Drachman, Nina Six, Léo Gillet, Ulrike Marais, Neeske Alexander, Elísabet Rún Þorsteinsdóttir, Björn Heimir Önundarson, Tommi Ollikainen, Juliana Hyrri, Terhi Adler, Théo Remmlinger, Félix Ernoult

www.pierrefeuilleciseaux.com/ ? s=angouleme
www.pierrefeuilleciseaux.com/pfc-6-meme-le-dimanche-ca-bosse