Accueil > International > Projets internationaux

Projets internationaux

Dans cette rubrique sont mis en avant une sélection de projets internationaux portés par ou en partenariat avec l’ÉESI.

Résidences de recherche-création post-diplôme
Dans le cadre de l’accompagnement de la professionnalisation des étudiants, l’ÉESI a souhaité ouvrir aux diplômés de juin 2018 une offre de résidences d’artistes à l’étranger. La mise en œuvre d’un programme de bourses de recherche-création au sein de l’ÉESI résulte d’un constat commun au sein des grandes écoles d’art françaises, à savoir la difficulté qu’ont à leur sortie la plupart des jeunes artistes à développer leur travail de création, confronter leurs œuvres aux regards de publics et plus largement entrer en contact avec des professionnels de l’art.
Pour cette première édition, trois destinations sont ciblées donnant ainsi la possibilité aux trois diplômées sélectionnées, une par destination, de vivre une première expérience de résidence artistique à l’étranger pendant 3 mois à l’automne 2018.
Les lieux de résidences ont été choisis pour la qualité de leurs activités, leur localisation et leur adéquation avec les orientations artistiques de l’ÉESI :
- La Cúpula, centre d’art multidisciplinaire à Mérida au Mexique, en partenariat avec l’École Supérieure des Beaux Arts du Yucatán (ESAY)
- InterAccess, galerie à but non lucratif, établissement d’enseignement, studio de production, festival et lieu de résidence dédié aux pratiques émergentes en matière d’art et de technologie situé à Toronto au Canada.
- Can Serrat lieu de résidence artistique à El Bruc en Catalogne qui réunit une communauté internationale d’artistes visuels, d’écrivains et de musiciens qui partagent, se mélangent, coexistent et créent dans un espace commun.

— 

INNOVART : Bio-interactivité et territoire
Le programme franco-argentin INNOVART est un programme de coopération et de mobilité universitaire dans les domaines combinés de l’art et de l’innovation qui vise à ouvrir à l’international les écoles et universités, encourager la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs entre les deux pays et développer des projets de création et de recherche conjoints. Il reçoit le soutien en Argentine du Secrétariat aux Politiques universitaires du ministère de l’Éducation et des Sports et en France du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, du ministère de la Culture et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
En 2017, l’ÉESI a été sélectionnée pour un projet de recherche-création avec l’Universidad Nacional de Tres de Febrero (UNTREF) et l’Universidad Nacional de Miciones (UNAM) qui s’intitule « Bio-interactivité et territoire : laboratoires de production pour une étude environnementale artistique, scientifique, technologique et vidéoludique ». Ce projet a débuté à la rentrée 2017. L’ÉESI a accueilli en mars 2018 des enseignants et étudiants-chercheurs des deux universités argentines ; deux professeurs et quatre étudiants de l’ÉESI ont été accueillis à l’UNTREF en avril 2018. Les participants travaillent actuellement à l’alimentation d’une plateforme virtuelle collaborative (Mediawiki) pour la mise en commun de leurs connaissances, références, outils et des résultats de leurs expérimentations en vue de l’année 2 du projet.

— 

DAK’lab
Le programme pédagogique DAK’lab s’inscrit dans la continuité du projet de collaboration entre l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) à Dakar, l’Institut Supérieur des Arts et des Cultures (ISAC) à Dakar et l’ÉESI.
Dans le cadre de ce programme, le réalisateur franco-sénégalais, Alain Gomis a été invité à l’ÉESI pour une journée d’étude consacrée à son cinéma.
Le groupe d’étudiants du DAK’lab a travaillé cette année sur un projet d’exposition qui a eu à l’IFAN (Dakar) dans le cadre du OFF de la Biennale Dak’art. Cette exposition intitulée Ba mu amee yaa ko fekke ? Étais-tu là au moment des faits ? a rassemblé les travaux de huit artistes, diplômés et enseignants de l’ÉESI réalisés en partenariat avec l’IFAN et l’ISAC, du 3 au 14 mai 2018. Elle est l’aboutissement d’une collaboration engagée en avril 2017 avec les chercheurs de l’IFAN autour d’un choix d’archives photographiques, sonores, filmiques et textuelles de l’institut. Le vernissage a eu lieu le 2 mai 2018 en présence de Michel Berthier, Président de l’ÉESI et des Directeurs des trois établissements partenaires du projet. Cette exposition sera revisitée et présentée au Musée d’Angoulême dde mi-novembre à fin décembre 2018.

— 

Séminaire de création avec l’Université du Québec à Montréal
Ce séminaire vise à consolider des liens déjà existants entre l’ÉESI et l’École des Arts Visuels et Médiatiques (EAVM) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), à tisser des relations entre les étudiants et à engager un processus de recherche et de création collaboratif à long terme par la création de territoires de recherche et de création et l’exploration de modalités de travail collaboratif sur le terrain et à distance entre les deux écoles et leurs étudiants.
Identifiées dans le domaine des arts visuels, numériques et médiatiques, l’ÉESI et l’EAVM proposent des lieux et des environnements sociaux-culturels porteurs de possibilités différentes et complémentaires nécessaires au développement de collaborations et à la création d’œuvres engagées.
Le séminaire de 2017-2018 s’est articulé autour de l’ouvrage Confiscation des mots, des images et du temps, de Marie-José Mondzain. L’expression « Nous, ne voit rien » empruntée au philosophe Jean-Toussaint Desanti, demeure particulièrement inspirante dans le contexte actuel où le « regard [consensuel] produit par les mots » dicte le plus souvent à la société ce qu’elle doit voir. Deux sessions de travail ont eu lieu, la première session à l’UQAM du 23 février au 3 mars 2018 et la deuxième à l’ÉESI du 5 au 12 mai 2018. Entre ces deux périodes de travail intensif, des visio-rencontres ont été organisées, en compatibilité avec les fuseaux horaires, entre les deux groupes de recherche.

— 

Ouverture du Master bande dessinée à Zapopan (Mexique)

Forte de sa renommée, l’ÉESI a été sollicitée en 2016 par Ciudad Creativa Digital, pôle de développement des industries numériques et créatives de la ville de Guadalajara, pour une mission d’expertise-conseil afin d’accompagner, à chaque étape du projet, la création d’un Master en Bande dessinée à Guadalajara qui a été inauguré fin novembre 2017.
Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de coopération décentralisée entre la ville de Zapopan-Guadalajara et l’Agglomération du GrandAngoulême avec l’objectif de créer à Guadalajara une « Maison de la Bande dessinée ». En son sein s’implantera ce nouveau Master en Bande dessinée, unique en son genre sur le territoire mexicain et latino-américain. Dans le cadre de ce transfert d’expertise, l’ÉESI a accueilli trois futurs professeurs-coordinateurs du Master mexicain au mois de juin dernier pour un programme sur mesure de formation continue d’une durée de trois semaines. Cette première étape de coopération devrait être élargie à la mise en œuvre d’une franchise ayant pour objectif d’aboutir à une co-diplomation.